Droit à la vie privée

Parler de ton statut sérologique à ton/ta/tes partenaire(s) demande beaucoup de courage et peut être un moment très stressant, car il est difficile de prévoir comment l’autre va réagir. Tu pourrais évidemment décider d’afficher ton statut sur ton profil de rencontre pour éviter le moment malaisant d’en parler.

Bien que ceci ait le mérite d’être clair, tu risques toutefois de t’exposer à de la discrimination sous forme d’insultes, de jugements et même de menaces.

Même si la divulgation du statut est obligatoire avant une relation à « risque réaliste » de transmission, plusieurs dispositions dans la Charte des droits et libertés et dans le Code civil du Québec protègent ta vie privée dans les cas où quelqu’un voudrait utiliser cette information pour te faire du mal ou pour porter atteinte à ta réputation, en divulguant publiquement ton statut par exemple.

La Charte des droits et libertés reconnaît des droits fondamentaux pour tout être humain, comme le respect de sa vie privée, de son honneur et de sa réputation. Toute atteinte à cette liberté peut mener à des accusations selon le Code civil du Québec pour obtenir «la réparation du préjudice moral ou matériel qui en résulte».

Si tu crois qu’il y a eu une atteinte à tes droits et tes libertés et que tu as des questions d’ordre juridique, la COCQ-sida offre une ligne d’info-droit VIH/sida à consulter sur leur site internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *